Retour sur la conférence - débat sur les forêts domaniales périurbaines d'Ile-de-France

Publié le par Michel Verna

Jai représenté Luc Strehaiano maire de Soisy-sous-Montmorency lors de cette conférence débat sur l'avenir des forêts periurbaines en IDF.

Véritable enjeu de développement durable le poumon vert d'IDF comment concilier 80 millions de visiteurs dans les massifs forestiers d'IDF et la gestion économique du bois et la régénération.

L'ONF s'engage dans une nouvelle gouvernance avec les élus et les associations de defense de l'environnement.

 

Voir ci dessous les résumés des interventions

 

Près de 300 personnes étaient réunies dans la salle Victor Hugo de l'Assemblée nationale pour échanger autour des enjeux de la gestion des forêts domaniales périurbaines d'Ile-de-France.

 

Durant un peu moins de trois heures, les différents intervenants ont pu exposer les caractéristiques de ces forêts aux portes des villes, expliquer le type de gestion particulière qui était effectuée, et répondre aux nombreuses questions des élus, membres d'associations de protection de l'environnement et représentants de la société.

 

  • Hervé Gaymard, président du Conseil d'administration de l'ONF a expliqué la genèse de cette démarche : « Depuis ma prise de fonctions, j'ai été sollicité à de nombreuses reprises par des élus, des associations ou bien des citoyens qui attiraient mon attention sur leur incompréhension face à certaines décisions de gestion sylvicole. Il m'est donc apparu indispensable de d'engager un travail commun. Ce moment est le point de départ de la construction d'une politique durable pour ces forêts périurbaines. »

 

  • Au terme des différentes interventions réalisées à la tribune, un riche débat s'est déroulé avec les participants présents dans la salle.
  • Hervé le Bouler, membre de France Nature Environnement a clarifié la position de l'association : « Elle est contenue dans un protocole que nous avons signé avec la forêt publique et la forêt privée, et qui demande de "produire plus tout en protégeant la biodiversité" au plus près des terrains. Nous demandons donc à l'ONF que soit produit plus de bois, car c'est un des moyens de sortir de la dépendance au carbone et probablement aussi de la dépendance à l'atome. Mais en rajoutant "protéger la biodiversité", nous soulignons qu'il faut produire ce que la forêt peut en fonction évidemment de la biodiversité. »
  • Laurent de Normandie, président de la Fédération nationale du bois a pour sa part souligné l'importance de maintenir la production de bois dans ces forêts : « Le bois c'est une recette importante pour l'ONF, c'est cette recette qui conditionne le reste des usages que nous souhaitons voir se pérenniser, et qui sont la protection de l'environnement et l'accueil du public. L'Ile-de-France est un réservoir de bois dont la filière bois française a besoin pour alimenter l'ensemble des besoins économique du grand public. Les défis qui seront les nôtres demain, notamment en termes d'énergies renouvelables sont importants, et quand on installera des chaudières à plaquettes dans les collectivités, les piscines, les hôpitaux, ou encore les crèches, il faudra que le bois vienne de la forêt d'à côté. »

 

  • A l'issue des débats, Pascal Viné, directeur général de l'ONF, a présenté un plan d'action spécifique qui conduira à rénover la politique de gestion de ces forêts. Afin de répondre aux attentes sociales très fortes qui existent en Ile-de-France, le but de cette démarche et de définir une méthode pour identifier les attentes et trouver la réponse adéquate, à l'échelle des massifs, puis au niveau régional et national. La feuille de route fixée prendra la forme d'une charte. Celle-ci sera élaborée en vue de renouveler la gouvernance, d'adapter les techniques forestières, et de tendre vers une information partagée et anticipée avec les élus, les partenaires et les publics.

Voir la video de la conférence

Publié dans Ile de France

Commenter cet article